Écoresponsabilité et main-d’oeuvre : ayez une entreprise attractive!

Articles - Image d'intro

Écoresponsabilité et main-d’oeuvre : ayez une entreprise attractive!  

Le 27 avril dernier, le Fonds Écoleader du Bas-Saint-Laurent tenait un dîner d’affaires sur l’écoresponsabilité en entreprise. Anthony Poitras, directeur général de Total Fabrication et propriétaire de la marque PURE, Stéphanie Proulx, copropriétaire du restaurant Le Crêpe Chignon de Rimouski et Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis | Reford Gardens, ont tous les 3 des entreprises aux valeurs environnementales affirmées. Ils ont pris la parole à cette occasion pour partager leurs expériences concrètes des pratiques d’affaires écoresponsables avec leurs pairs réunis pour les entendre. 

Dans ce deuxième billet, il est question de l'écoresponsabilité de l'entreprise comme facteur d'attractivité de la main-d'oeuvre.

Parmi les thèmes des échanges animés par Stéphanie Gagné, il a été question de l'écoresponsabilité de l'entreprise comme facteur d'attractivité de la main-d'oeuvre. En ouverture, monsieur Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable (CQDD), mentionnait l’attractivité comme l’une des raisons principales d’adopter des pratiques d’affaires écoresponsables en entreprise. Votre personnel actuel, tout comme votre futur employé, sont 85 % à accorder une importance à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Pourquoi vous passer d’un tel facteur d’attractivité de la main-d'œuvre? 

La RSE, au Bas-Saint-Laurent comme ailleurs, est un facteur de rétention et de mobilisation du personnel. Monsieur Anthony Poitras, directeur général de Total Fabrication, une entreprise du Kamouraska qui manufacture des produits nettoyants pour le corps et pour la maison, en a témoigné lors du dîner d’affaires sur l’écoresponsabilité du Fonds Écoleader du Bas-Saint-Laurent.

L’environnement comme valeur d’entreprise

Chez Total Fabrication, l’environnement est une valeur bien ancrée. « Dès nos débuts, on se souciait de l’empreinte environnementale de notre entreprise, se souvient Anthony Poitras. L’environnement était dans nos valeurs. Depuis cinq ans, même si on connaît une croissance exponentielle, on garde le cap. On cherche toujours les solutions qui permettent un moindre impact environnemental », comme, par exemple, le remplissage de contenants réutilisables en magasin, un modèle de distribution qui favorise le commerce de proximité et l’économie locale.

Attention, toutefois, d’établir la crédibilité de la démarche de gestion environnementale de l’entreprise par des gestes et par des engagements concrets, tant pour attirer les clients que la main-d'œuvre. La population, la clientèle et les employés sont informés et curieux d’en savoir plus sur l’empreinte environnementale des produits et des pratiques. 

Un personnel engagé

« Au début, on ne se servait pas de notre engagement environnemental pour engager, mais maintenant c’est notre principal atout! Nos employés sont exigeants envers l’entreprise. Notre engagement apporte du sens à leur travail, on se doit de respecter nos valeurs et de les faire vivre au quotidien par toutes sortes de pratiques et de gestes concrets », a-t-il ajouté. Le fait de partager des préoccupations et une valeur rassembleuse amène le personnel à s’engager envers l’entreprise et crée une cohésion salutaire dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre.

Pour de l’aide pour établir votre plan de gestion environnementale, contactez votre agente du Fonds Écoleader au Bas-Saint-Laurent, madame Océane Kedem, au 418 896-6216. Elle vous orientera vers le bon programme de financement pour lancer votre projet en entreprise.

Courriel : o.kedem@fondsecoleader.ca
Cellulaire : 418 896-6216

Retour à la liste des nouvelles